Sur un tronçon de l’A7, la chasse aux camions qui en dépassent un autre

C’est un secteur sensible de l’A7. Sur une dizaine de kilomètres, au franchissement du col du Grand Bœuf, les poids lourds ont l’interdiction de doubler. Beaucoup de chauffeurs passent outre. Inlassablement, les gendarmes mènent des contrôles et sanctionnent les contrevenants.

« Ici, on pourrait verbaliser nuit et jour ! » En une moitié d’après-midi, pas moins de 41 chauffeurs routiers ont été verbalisés par l’équipe du lieutenant Hadrien Mathivat, le nouveau commandant du peloton motorisé de gendarmerie de Chanas. Tous ont commis la même infraction : dépasser un autre poids lourd sur ce tronçon autoroutier d’une dizaine de kilomètres, dans les deux sens de l’A7, où cette manœuvre leur est strictement interdite. Aux confins des départements de l’Isère et de la Drôme.

« Interdite pas pour le plaisir, mais pour une raison purement de sécurité sur l’une des autoroutes les plus fréquentées d’Europe. Un camion qui dépasse un autre camion dans la montée du col du Grand Bœuf, ce sont deux voies sur trois qui sont bloquées à 80-90 km/h. La conséquence est immédiate : un ralentissement se forme brutalement quand le camion se déporte sur sa gauche et cela surprend tous les automobilistes. Et parfois, le chauffeur oublie d’avertir. Au mieux, on a un bouchon, au pire des accrochages, voire des accidents plus sérieux », détaille l’officier.

Un dépassement interdit, c’est 90 euros d’amende

En amont des deux lieux de contrôle, les aires de Bornaron et de la Galaure, six motards de l’unité, ainsi qu’un équipage en véhicule banalisé, repèrent les contrevenants puis les escortent pour s’arrêter.

« Le plus souvent, ce sont des camions qui roulent à vide qui dépassent ceux qui sont chargés. Et parfois, le dépassement n’en finit plus. Mais c’est difficile pour eux de contester car le tronçon concerné est jalonné par des panneaux de signalisation rappelant l’interdiction. Mais même lors des jours d’affluence, ils dépassent, et sans aucun scrupule », détaille un motard qui affiche plusieurs années d’expérience sur l’autoroute du Soleil.

Sur l’aire de repos, ses sept collègues n’ont pas le temps de souffler. « On vérifie tout : permis, assurance, licence de transport européenne… Parfois, les infractions et les amendes s’accumulent. » L’amende pour le seul dépassement interdit s’élève à 90 euros. « Ils connaissent l’interdiction, ils savent que les gendarmes sont très régulièrement sur le secteur. Mais ils tentent quand même. »

Rien qu’en 2020, plus de 600 verbalisations ont été dressées pour cette infraction sur ce secteur. Et la cadence semble même s’accélérer. « Malgré ce chiffre déjà élevé, le nombre de verbalisations pour dépassement a augmenté de plus de 35 % sur les huit premiers mois de 2021 par rapport à 2020 », constate le lieutenant Mathivat. Pas de quoi inciter les gendarmes à baisser la garde, tout au contraire.

Origine de l’article : https://c.ledauphine.com/faits-divers-justice/2021/09/18/isere-drome-col-du-grand-boeuf-chanas-beausemblant-sur-un-troncon-de-l-a7-la-chasse-aux-camions-qui-en-depassent-un-autre