Le dispositif de chômage partiel parmi les plus généreux au monde, va-t-il pouvoir se prolonger? Certains groupes peu impactés par la crise sanitaire, comme SFR,  peuvent-ils bénéficier du chômage partiel? La question divise patrons et économistes. Le gouvernement pourrait faire évoluer sa position.

Le chiffrage était d’abord de 8,5 milliards d’euros. Puis, le 9 avril, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a évoqué un “investissement” de plus de 20 milliards. Il est vrai que les compteurs s’affolent : à cette date, 628.000 entreprises ont fait des demandes de chômage partiel pour 6,9 millions de salariés. Ils se verront régler l’équivalent de 84% de leur rémunération nette par l’Etat et l’Unédic jusqu’à 4,5 fois le smic. “Il s’agit du dispositif le plus généreux du monde, cela ne va pas pouvoir continuer très longtemps explique Pierre Cahuc, professeur à Science Po et chroniqueur à Challenges, il va falloir se recentrer sur les secteurs obligés de fermer, comme la restauration”. Même si selon un porte-parole du ministère du Travail la question est aujourd’hui “hors sujet”,  le gouvernement, dans le cadre de la mise en place d’un processus de déconfinement va devoir travailler selon deux axes: une approche sectorielle et un mode d’indemnisation plus limité . “L’idée serait par exemple d’abaisser le plafond de 4,5 fois le smic avec un taux de remplacement plus dégressif, le tout assorti d’un reste  à charge pour les entreprises, à l’exception bien sûr de certains secteurs”. A condition bien sûr que les salariés puissent être dotés d’équipements sanitaires idoines, comme des masques.

Par Pierre-Henri de Menthon le 10.04.2020

https://www.challenges.fr/france/chomage_705558