le service RH de la société RAVE demande la signature d’un accord d’entreprise au seul délégué syndical SUD fraîchement nommé alors qu’elle conteste devant le tribunal d’Instance la nomination du dit délégué syndical.

En effet, le 16 juillet 2019 le Tribunal d’instance de Villeurbanne(69) devra se prononcer sur la validité de la nomination du délégué syndical SUD au sein de RAVE PROVENCE à BERNIS (30).

Or entre temps la société demande par lettre RAR à ce délégué syndical contesté de venir négocier “un accord d’entreprise” sur le vote électronique aux deuxième tour des élections professionnelles.

Le service Ressource humaine de la  société avait déjà sollicité ce candidat à tenir le Bureau de vote pour les 1er et 2eme tour des élections afin de palier le manque d’un salarié, or devant le Tribunal de Nîmes la société avait ensuite attaqué les deux tours des élections du fait de la présence au Bureau de vote de cette personne qui n’avait selon la société “rien a faire  dans le Bureau” et l’accusé même d’être “le Président du Bureau de vote ” alors que cela n’était pas possible vu la lecture du protocole électoral.

Il faut noter que c’était le Directeur de l’agence qui avait sollicité à deux reprise la présence du candidat SUD dans le bureau de vote pour l’intérêt de la société en période de gros travail.

Fort heureusement devant ces revirements illogiques du service RH du GROUPE RAVE le syndicat SUD prendra ces précautions , si la confiance se gagne ce n’est pas de cette manière que cette société se fera connaître .

D’autant que la société avec plus de 64 salariés au premier tour soudainement  moins de 50 salariés pour le second tour à venir, en effet  des licenciements en cascade ont été prononcé pour descendre la société sous la barre des 50 salariés……

Rappelons que la liste SUD a fait 100% de représentativité au 1er tour, élections déjà attaqué devant le TI de NIMES en vain puisque le Juge a finalement validé le premier tour.

Le Bureau