En Allemagne, à partir du 1er janvier 2019, les camions équipés de moteurs GNC et GNL, ne paieront pas de péages sur les autoroutes et routes taxées, et ceci pendant deux ans. Ils seront ensuite exemptés de la partie correspondant à la pollution atmosphérique pendant encore trois ans.

Pas de péages sur autoroutes pour les camions équipés de moteur GNV (GNC et GNL). C’est ce que vient de décider le Parlement fédéral allemand en exemptant de taxes les camions de plus de 7,5 tonnes fonctionnant au gaz naturel sur les autoroutes et nationales à compter du 1er janvier 2019.

Une mesure d’autant plus appréciée que les nationales sont devenues taxées depuis le 1er juillet dernier. Concrètement, au même titre que les camions électriques, les camions GNV ne paieront pas de taxe et ceci pendant une durée initiale de deux ans. Une économie non négligeable sachant qu’un camion Euro 6 de plus de 18 t et de 4 essieux (catégorie la plus haute) verse 18,7 centimes du km (ou 19,8 centimes pour un Euro 5).

À partir du 1er janvier 2021, les camions GNV seront assujettis à la tollmais ne paieront la partie de la taxe correspondant à l’utilisation des infrastructures (soit 17,4 cts/km pour un 18t 4 essieux) ainsi que la taxe correspondant à la pollution sonore (0,2 cts/km). Ils échapperont encore à la petite partie correspondant à la pollution atmosphérique (1,1 cts/km pour un Euro 6) et ceci jusqu’en 2024.

“L’impact sera massif”

“Un camion de 40 t qui roule 100 000 km par an sur les routes sujettes à la toll économisera ainsi 18 700 euros de taxe en 2019 et 2020 par rapport à un camion équipé d’un moteur diesel Euro 6, puis 1 100 euros par an entre 2021 et 2023″, calcule-t-on chez le constructeur Iveco, pour qui cette décisions ne fait que conforter son engagement de longue date envers le GNV.

Outre-Rhin, le contexte en faveur de la motorisation gaz est également dopé par les subventions annoncées en juillet dernier, se montant à 12 000 € pour le GNL et 8 000 € pour le GNC. “L’Allemagne étant au centre de la logistique européenne, ces mesures décisives prises par les autorités du pays accéléreront considérablement la pénétration des groupes motopropulseurs alternatifs au gaz naturel sur le continent. L’impact sera massif”, prévoit Pierre Lahutte, président de la marque Iveco.

Précisons toutefois que cette décision concerne en premier chef les camions immatriculés en Allemagne. “Nous nous attendons à ce que les camions immatriculés à l’étranger puissent bénéficier de cette mesure mais nous invitons les entreprises à se renseigner directement auprès des expéditeurs“, peut-on lire dans un document de travail remis à Iveco, dont nous avons pu prendre connaissance. Sur ce point-là, des éclaircissements sont encore attendus.

https://www.actu-transport-logistique.fr/