Mise en ligne le 23/04/2018 14:44:33 <align=”right”> Référence : 46462</align=”right”>

Les voitures-radar privées entrent en piste aujourd’hui

En attendant que les voitures privées équipées de radars sévissent dans toute la France métropolitaine en 2020, cinq d’entre elles (des Peugeot 308) commencent à flasher (pour de vrai !) dans l’Eure, pour l’instant conduites par des gendarmes et des policiers. Puis, dès cet été, les automobilistes en excès de vitesse seront poursuivis par 26 véhicules de plus en Normandie, de divers modèles.

L’objectif en 2020 est d’en avoir 383 opérationnels, avec au volant des privés, qui séviront huit heures par jour, tous les jours, y compris les jours fériés et la nuit, contre une moyenne d’une heure trente aujourd’hui.

En réaction aux soupçons selon lesquels la privatisation des radars embarqués n’aurait d’autre but que de générer d’importants revenus pour l’Etat, Emmanuel Barbe, délégué à la Sécurité routière, affirme qu’il « n’y aura pas de rétribution au nombre de flashs ». Selon lui, la rémunération n’est fondée que sur le nombre de kilomètres à parcourir sur un mois donné. « Si la société effectue plus d’heures que demandé, elle devra payer une lourde pénalité », précise-t-il pour preuve de sa bonne foi.

Techniquement parlant, les véhicules radars de l’Etat confiés au privé sont équipés de caméras posées sur les plages avant et arrière, qui permettent de détecter automatiquement la vitesse maximum autorisée. Cela évite la présence d’un deuxième passager. – MF

 Reproduction autorisée avec mention Routiers.com