Huit offres de reprise partielle de MoryGlobal ont été déposées le 17 mars 2015 au greffe du tribunal de commerce de Bobigny et présentées au comité d’entreprise le 18 mars. L’administrateur judiciaire demandera la liquidation.-2.gif
Comme prévu, aucune entreprise ne s’est portée candidate à la reprise de l’entité MoryGlobal dans son ensemble. Au final, 8 offres de reprise partielle ont été déposées, par les sociétés Malherbe Transports, PHM Group, Cogip, Dimotrans, Lebrun Logistique, Epernay Transports Logistique, Transports Caillot et Zamenhof. Ces offres sont pour la plupart assorties de conditions suspensives.

Face à cette situation, l’administrateur judiciaire a annoncé lors de la réunion du comité d’entreprise consacrée à la présentation des offres qu’il allait demander le placement de l’entreprise en liquidation judiciaire au 31 mars.

Des offres très modestes

L’offre de Malherbe Transports figure parmi les plus importantes. Elle porte sur la reprise de 29 agences actives dans l’organisation de transport et de 4 agences pour la logistique, ainsi que sur l’acquisition de 100% des titres des sociétés Translorraine, Transroute 54 et Sotrapoise.
Concernant les effectifs, 128 salariés seraient repris, alors que le groupe en compte aujourd’hui environ 1 200.

Zamenhof, la holding du groupe Jacky Perrenot, ne souhaite pour sa part reprendre aucune activité de MoryGlobal mais propose d’acquérir les actions des filiales Translorraine et Transroute, en apportant 300 000 euros de trésorerie aux structures reprises.

Côté effectif, le groupe ne reprend aucun salarié de MoryGlobal mais s’engage à proposer 120 postes dans le cadre de l’obligation de reclassement que pourrait induire le plan social. Une condition toutefois : ces embauches se feraient aux conditions de travail du groupe Jacky Perrenot. Zamenhof rappelle par ailleurs qu’il a déjà repris 500 emplois au cours du premier plan social de Mory.
Concernant les autres candidats, les offres portent sur une reprise de 1 à 10 agences selon les cas, permettant de préserver de 7 à 34 emplois. Les activités de l’agence de Reims, notamment, font l’objet de plusieurs mainfestations d’intérêt.

Les fédérations patronales alerte sur le sort des sous-traitants

Si la liquidation judiciaire de MoryGlobal est prononcée, elle aura aussi un impact sur le tissu des sous-traitants.
“Cela pose la question de l’activité de ces entreprises mais aussi de leurs créances. La FNTR entend qu’une attention toute particulière soit portée envers les sous-traitants transporteurs de Mory Global. Il en va de la pérennité de ces entreprises et de leurs emplois”, indique l’organsiation patronale dans un communiqué.
“Qui sont encore une fois les dindons de la farce ? Salariés et sous-traitants. A-t-on pensé à ces PME ?, indique de son côté l’OTRE sur son compte Twitter.

[->http://www.wk-transport-logistique.fr]
Par Anne Kerriou
le 18/03/2015