Un conflit de 10 jours qui n’a pas aboutit , une nouveauté dans le transport routier.
Alors que nous savons bien qu’en une semaine nous pouvons faire plier le patronat à nos genoux.

Alors que l’intersyndicale a prouvée avec succès qu’elle peut mobiliser plus que le 1er syndicat des transports , la force des salariés du transport peut encore bloquer la France .
Il faut une bonne motivation pour mettre à nouveau les chauffeurs dans un bon gros mouvements digne des années 90, Or la division et l’individualisme imposé par le système européen de la consommation ont poussé les uns contre les autres.

10 jours de conflit embourbé en réalité dont personne ne veut sortir la tête basse , il faut donc négocier une sortie de crise où tout le monde gardera sa crédibilité.

Pour cela il existe depuis 15 ans une méthode efficace : UN ÉCHÉANCIER

Les Patrons eux veulent sortir le minimum d’argent
Les Syndicats eux veulent des gains même minimes pour faire de la propagande médiatique auprès des adhérents.

Donc l’idéal serait que les patrons et salariés trouve un compromis comme :

– un 13eme mois étalé sur 4 ans pour sa mise en place progressive
– une augmentation de 2% au 1er janvier 2015 avec une période de négociation des partenaires sociaux jusqu’en décembre 2015 sur la refonte des coefficients et la définition des temps d’attente.
– un CFA qui restera à 57 ans mais avec 27 ans de cotisations
– une annualisation des heures supplémentaires progressives

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

L’intérêt d’un échéancier dans une négociation est de gagner du temps pour éloigner le stress des salariés que l’on appellent “la Base” qui pourrait débordé les instances syndicales.
L’intérêt d’un échéancier dans l’application des accords fait que les signataires s’engage par déduction à ne pas mettre de l’huile sur le feu durant cette période d’application ( des années en général)

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Voilà comment ils vont préparer la sortie de crise selon SUD-Solidaires ROUTE.
Tous le monde aura gagner sauf les salariés qui ne verront pas qu’ils auront plus perdue que gagner.

Chaque salarié verra “son avantage” et en fera une fixette oubliant à côté ce qu’il va perdre .
Ex : le chauffeur de 53 ans avec 23 ans de cotisation voulant partir en CFA , faire encore 4 ans en maintenant son départ à 57 ans lui suffira amplement. Or 4 ans avec une annualisation et des temps d’attentes non payés, c’est payé cher le maintien de se que l’on a aujourd’hui.

PATRON ET SYNDICAT pourront parler de SUCCÈS dans les MÉDIAS laissant les salariés de bases dubitatif…….( Qui exprime le doute ; incrédule, sceptique : Prendre un air dubitatif.)

N’oublions pas “les anciens” que depuis 20 ans les patrons pleurent systématiquement par réflexe à partir de janvier jusqu’en juin pour que les NAO finissent par des PV de carence. Et que cela continuera encore des decennies car se sont des acteurs nées .

SUD-Solidaires Route préconise l’arrêt des négociations avec un claquage de portes dès MARDI 03 FÉVRIER 2015 si le patronat exige des contreparties à une augmentation de 10% et l’annonce officielle d’une gréve générale illimitée des chauffeurs routiers le dimanche 17 mai 2015 à 22 heures .