Selon Les Echos, les transporteurs routiers auraient eu la garantie qu’ils échapperont à la double hausse de la TICPE de 4 centimes, pour compenser le manque à gagner de la taxe kilométrique et la future taxe carbone.

Le gouvernement projetterait d’augmenter la taxation sur le gasoil de 2 centimes, afin de tenir compte du manque à gagner de la nouvelle taxe de transit. Cette hausse s’effectuerait via la TICPE, et serait même doublée avec l’introduction de la taxe carbone en janvier 2015, qui serait de 2 centimes pour le gasoil et de 1,8 centime pour l’essence. Selon Les Echos, les entreprises de transport routier auraient obtenu la garantie qu’elles ne paieraient pas un centime de hausse. Cette concession aurait été obtenue dans le cadre des négociations menées cet été par les principales organisations patronales du secteur avec le médiateur nommé par le gouvernement.

260 millions d’euros évités

Jean-Christophe Pic, président de la FNTR, aurait ainsi assuré à ses adhérents, que “le secteur serait exonéré de toute augmentation de la TICPE”. Selon le quotidien économique, le transport routier éviterait de payer 260 millions d’euros : 130 avec l’exonération de la taxe carbone et 130 avec la mesure destinée à compenser le manque à gagner de la nouvelle écotaxe. Reste la taxe de transit, dont personne ne veut. L’OTRE a su nouer des alliances au-delà du transport en cosignant une lettre avec l’ANIA (fédération de l’agroalimentaire) et la FNSEA pour rappeler que les conditions d’adhésion à la nouvelle écotaxe “ne sont toujours pas réunies”. Pour sa part, la FNTR consultera sa base les 1er et 2 octobre en indiquant que “si la profession veut aller au-delà de ce qui a été obtenu jusqu’ici, il faudra aller le chercher dans un conflit dur”. Un conflit qui n’aura pas forcément la bienveillance du grand public, si ce dernier réalise que toute diminution supplémentaire de l’écotaxe se traduira par une hausse supplémentaire à la pompe. “C’est l’automobiliste qui va faire les frais du feuilleton de l’écotaxe !”, déplore ainsi ce lundi matin Didier Bollecker, président de l’Automobile Club Association.