Depuis la cabine de son camion, ce chauffeur routier allemand a tiré sur plus de 700 véhicules en cinq ans. Il était impossible de mettre la main sur ce tireur fou surnommé “le fantôme de l’autoroute” par la presse allemande. Désormais découvert, Michael Harry K. est sur le banc des accusés.

En Allemagne, Michael Harry K., chauffeur routier, avait décidé de “passer ses colères” sur les camions et les voitures qui passaient sur l’autoroute, en tirant dessus à l’aide de diverses armes à feu. Entre 2008 et 2013, ce sont plus de 700 véhicules qui auraient été visés par ses tirs, notamment des semi-remorques, sa cible préférée. L’ouverture de son procès à Wurtzbourg en Bavière a débuté ce lundi 11 août.

Les victimes

L’affaire a démarré en juillet 2008 avec la découverte d’impacts de balles sur des voitures neuves transportées par camion. Et les incidents se sont succédé. Les enquêteurs ne parvenaient pas à mettre la main sur ce que la presse appelait “le fantôme de l’autoroute”. Par miracle, il n’y a eu aucun mort. Mais cet homme a tout de même causé de graves blessures. En 2009, une balle avait traversé le cou d’une femme au volant de sa voiture. Elle avait terminé sa course dans une rampe de sécurité. Un chauffeur poids lourd, blessé par les éclats de verres de son pare-brise touché par un impact, avait perdu le contrôle de son véhicule causant un accident. Le tireur affirme qu’il visait seulement les chargements. Son intention n’était pas de faire des victimes. Pourtant, les balles ont causé des accidents, dont un très grave.

La vengeance d’un chauffeur routier

Il dit avoir agi par colère contre les autres usagers de la route. L’élément déclencheur, selon lui, aurait été ce camion transportant des voitures qui lui aurait fait subir une queue de poisson. Puis, il aurait été volé lorsqu’il transportait de la marchandise. Depuis, il dit avoir visé tous ceux dont il jugeait le comportement irresponsable sur la route depuis la cabine de son camion Mercedes Actros et même une fois depuis son Audi personnelle. Ses cibles de prédilection étaient les conducteurs en excès de vitesse, roulant trop près, qui faisaient des manœuvres de dépassement dangereuses. Cet homme à l’air sombre est décrit par l’accusation comme “un solitaire frustré” qui “hait les autres”.

Le procès

Finalement, l’affaire a été confiée à une commission d’enquête spéciale de la police criminelle fédérale, forte de 90 personnes. Grâce à un complexe système de surveillance, mêlant caméras et relevés de plaques d’immatriculation, ils sont parvenus à cibler un camion. Les données du téléphone portable ont confirmé sa présence sur les lieux des tirs dans plusieurs Etats régionaux de l’Ouest et du Sud-Ouest de l’Allemagne, et ont conduit à son arrestation. Neuf journées d’audience sont prévues pour ce procès qui doit s’achever à la mi-septembre. L’homme devra répondre de plusieurs chefs d’inculpation : tentative d’homicide involontaire et coups et blessures aggravés.