Le sous-préfet de Limoux, Olivier Tainturier est le chef de projet sécurité routière pour le département de l’Aude. Il était présent hier matin lors de l’opération de contrôle autoroutier sur l’aire de repos de Vinassan. Il était motivé et pour cause. Originaire de Beaune, il avait 12 ans, ce 31 juillet 1982, lors du tragique accident de bus qui fit 53 morts dont 44 enfants de 6 à 15 ans. Olivier Tainturier est marqué par ce terrible drame. Hier matin, les transports de voyageurs étaient donc ciblés. Stoppés par sondage, au hasard, ils voyaient les gendarmes contrôler les pneumatiques, les extincteurs, les trousses de secours ainsi que le nombre de passagers qui ne doit pas dépasser le seuil autorisé. La licence de transport mais aussi la visite technique obligatoire devaient être présentées. Mais c’est surtout les temps de conduite qui furent épluchés par des contrôleurs de la DREAL (direction régionale de l’environnement de l’aménagement et du logement). Les disques étaient minutieusement vérifiés. Car le plus grand nombre d’infractions constatées sur les transports de voyageurs sont les temps de conduite. Un logiciel appelé « Octet » permet de visualiser les quatre dernières semaines, les cartes numériques pour les bus qui en détiennent. Dix bus ont été contrôlés. Un autocar roumain était en infraction relative au temps de conduite (750 € d’amende) tandis que 4 délits concernaient un autocar italien dont là aussi des temps de repos insuffisants (6 885 € d’amende).

Olivier Tainturier confirme le chiffre de tués qui a baissé de 46 % depuis le début de l’année. Il y a eu 14 tués sur les routes audoises contre 26 en 2009 à la même époque. Par contre, le nombre d’accidents et celui de blessés restent stables. « Les comportements dangereux se multiplient notamment le non-respect des distances tout comme l’alcoolémie qui reste le 1er responsable des accidents mortels. C’est le 1/4 des tués ». Cette nuit, Olivier Tainturier assurait donc personnellement avec la gendarmerie des contrôles routiers à Preixan, Carccassonne et sur les plages du littoral.