Le réseau routier espagnol victime de l’austérité budgétaire

Pour réduire le déficit public, le gouvernement central espagnol comme les régions ont réduit les enveloppes consacrées à l’entretien des routes. La profession vient de lancer un cri d’alarme sur l’état du réseau.

Selon une étude publiée en avril 2014 par l’Association espagnole de la route (AEC selon le sigle espagnol), une entité qui regroupe l’ensemble des acteurs du secteur (sociétés de BTP, administrations, sociétés d’ingénierie, etc.), les routes espagnoles présentent de graves signes de détérioration.

Le document indique que 72% du réseau (hors autoroutes à péage) souffre de fissures du revêtement, et 38% de déformations, désintégrations ou de nids-de-poule. La qualité des routes espagnoles est jugée globalement « déficiente ».

Des investissements en baisse

« La détérioration a été accentuée par la crise économique que connaît l’économie espagnole », affirme Elena de la Peña, sous-directrice générale technique de l’AEC et responsable de l’étude qui est publiée tous les deux ans.

Avant la crise, le gouvernement central inves­tis­sait environ 1,1 Md€ par an dans l’entretien du réseau, un chiffre ramené à 800 M€ par an actuellement. Dans les régions, qui sont responsables d’une partie du réseau, les budgets ont également été réduits mais on ne dispose pas de chiffres complets.

L’étude a été réalisée entre juillet et septembre 2013 par dix experts qui ont analysé 3 000 tronçons de 100 mètres chacun du réseau espagnol. Outre le revêtement, la signalisation est en piteux état (…)

.wk-transport-logistique.fr
Par Daniel Solano